-20% sur votre première commande avec le code #DISPENSAIRE20 !

Faut-il dépénaliser le cannabis en France ?

faut il depenaliser le cannabis en france

Table des matières

En France, les débats font rage autour de la commercialisation du cannabis et de ses produits dérivés. Si pour certains, l’interdiction de la circulation des extraits de cette plante prévient la santé publique, en l’occurrence celle des jeunes, pour d’autres, cela constitue des manques à gagner pour l’économie du premier consommateur européen de cette plante. Doit-on dépénaliser le cannabis en France ? Découvrez dans cet article des arguments qui vous permettront de vous faire une position sur la question.

Doit-on ou pas légaliser le cannabis en France ?

Depuis des décennies, l’interdiction de la commercialisation du cannabis en France est source de mécontentement chez les producteurs ainsi que chez les grands commerçants des produits de cette plante. Faut-il dépénaliser ou non le cannabis en France ? Voici des raisons divergentes.

Comprendre ce qu’est le cannabis

Aussi connu sous le nom de chanvre, le Cannabis est une plante qui pousse annuellement et principalement dans l’Asie du sud et du centre. Aujourd’hui, il est cultivé un peu partout dans le monde pour ses nombreuses vertus.

La plante du cannabis est constituée de plusieurs molécules appelées des cannabinoïdes dont la plupart existent en infirme quantité. Parmi elles, il y en a deux qui sont les plus en vue : le tétrahydrocannabidiol encore appelé THC qui est reconnu comme nocif pour la santé, et le cannabidiol ou CBD qui, traitée légalement est totalement inoffensif pour l’organisme.

depenaliser cannabis france

Interdiction du cannabis en France : les raisons

Plusieurs arguments sont avancés pour justifier la pénalisation du cannabis en France. Le premier, et le plus évident est de préserver la santé publique des effets nocifs de cette plante. En effet, le THC contenu dans la plupart des extraits du cannabis est répertorié sur la liste des drogues illicites, car dangereux pour la santé humaine en raison de ses impacts sur le système nerveux. Cette substance psychoactive crée chez le consommateur des hallucinations et des troubles de la perception. En conséquence, le cannabis favoriserait la perte de motivation, les crises d’angoisse et d’anxiété ou encore la schizophrénie. La consommation de ces produits issus de cette plante stimulerait également l’endormissement, la fatigue, voire certains cancers lorsqu’elle est prolongée et régulière.

Une autre raison de l’interdiction de la circulation du cannabis en France est la dépendance dangereuse aux drogues qu’entraine sa consommation régulière. En effet, la France se positionne en tête de liste dans toute l’Europe en ce qui concerne le taux de jeunes (15-16 ans) accros à la drogue (au moins une fois par mois). Or d’après une étude réalisée sur 1000 jeunes français et publiée en 2017 dans la revue International Journal of Epidemiology, une consommation précoce du cannabis contribuerait aux échecs scolaires. Il était donc justifié de limiter cette dépendance en pénalisant la circulation du cannabis qui représente 80% des drogues consommées sur le territoire français.

Pourquoi dépénaliser le cannabis en France ?

Avant tout, il est important de préciser que ce n’est pas le chanvre dans son ensemble qui présente des risques pour la santé, mais le THC qui est l’une des nombreuses substances contenues dans celle-ci. Le CBD, molécule également contenue dans les extraits de cette plante (graines, fleurs, feuilles, tiges), est scientifiquement reconnu pour son efficacité thérapeutique à long terme sur l’organisme. Grâce à lui, le cannabis peut entre autres:

  • Soulager les douleurs et symptômes de l’arthrose et des contractions musculaires ;
  • Fortifier l’organisme dans la lutte contre les maladies cancérigènes ;
  • Être un excellent remède contre la dépression et l’anxiété ;
  • Guérir les affections de la peau et renforcer l’épiderme, la préparant ainsi à prévenir les éventuelles affections.

L’autre raison qui incite la dépénalisation du cannabis en France est que son interdiction entraine des coûts excessifs. En effet, plus de 1% du PIB français est aujourd’hui consacrés par l’État à la lutte contre la circulation des drogues (120 millions d’euros en 2019). Une politique de répression qui absorbe de si grandes ressources parait insensée surtout lorsqu’on considère l’inefficacité évidente dont elle fait preuve jusqu’à présent. En particulier pour le cannabis, le nombre de consommateurs ne cesse d’augmenter chaque année, poussant l’État à dépenser plus d’argent alors qu’il gagnerait considérablement à légaliser la commercialisation de cette plante dont le pays est le premier consommateur en Europe. D’après le Conseil d’analyse économique (CAE), la légalisation de cette substance permettrait de récupérer près de 2,8 milliards de recettes fiscales à l’État, et de créer environ 800 000 emplois dans le pays.

depenaliser le cannabis en france

En outre, la législation française sur le cannabis, l’une des plus répressives au monde, incite à la transgression de la loi. En effet, détenir ou vendre un produit de cette plante légalement considérée comme stupéfiante peut entrainer jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 7,5 millions d’euros d’amende. Quant au consommateur, il risque jusqu’à un an de prison et 3,750 euros d’amende. Théoriquement, cette règlementation encourage la prohibition alimentaire et la clandestinité, car l’usager aurait un sentiment de défi. De plus, d’un point de vue social, l’État ne peut protéger ses citoyens contre leurs propres désirs. Il n’a donc pas à leur décider ce qu’ils doivent ou ne doivent pas consommer comme à un enfant.

En résumé, la pénalisation du cannabis en France est aussi justifiée que sa légalisation. Dans une telle situation, une politique de prévention sera un bon compromis pour les deux positions. En pratique, il s’agira de miser sur les soins plutôt que sur la répression, comme au Portugal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

logo-dispensaire-cbd
  • Connexion
  • Inscription